Image inversée de la victoire de la droite, la défaite de Michel Rocard dans les Yvelines est totale puisqu’elle est tout à la fois tactique, stratégique, politique et symbolique.

Tactiquement, Michel Rocard s’est trompé en décidant de conserver le mode de scrutin majoritaire, donc en pariant sur la défaite de son camp aux législatives de 1993 pour mieux assurer sa victoire en 1995.

Stratégiquement, Michel Rocard s’est trompé lorsqu’il a annoncé en pleine déroute une refonte de la gauche qu’il est incapable d’opérer : le « big bang » n’était qu’un pétard mouillé.

Politiquement, Michel Rocard s’est trompé lorsqu’il a inscrit son action de Premier ministre dans son ambition présidentielle, au lieu de devenir, comme chacun s’y attendait, le maître d’œuvre déclaré de la réforme éclairée.

D’une manière plus générale, la défaite de Michel Rocard est cruellement symbolique : ce qui a été rejeté, en mars 1993, c’est la réduction de la politique à une vision technicienne et à une pratique gestionnaire. Nous ne saurions le regretter.

***

Article publié dans le numéro 598 de « Royaliste » – 5 avril 1993.