On le dit, on le répète : « nous sommes en guerre !». Puisque c’est le cas, le ministre de la Défense est certainement à son poste, veillant sans relâche sur le déroulement de nos opérations extérieures et sur la sécurité des Français…

Tel n’est pas le cas. Le 15 novembre, pas même deux jours après les attentats, en pleine période de deuil national, Jean-Yves Le Drian était à Lannion pour présenter sa liste en Côtes-d’Armor ! Car l’homme est candidat à la présidence de la région Bretagne : donné favori, il a déjà prévenu qu’il quitterait son ministère s’il était élu.

L’ami de François Hollande va donc abandonner l’Armée, la Guerre, la Défense de la nation et le combat pour les Valeurs pour s’assurer une très confortable fin de carrière. Pendant que « nous sommes en guerre », l’ami de François Hollande va-t-il consacrer à son ministère la moitié, le tiers ou le quart de son temps ?

Alors que la nation est bouleversée par les attentats du 13 novembre, alors que d’autres attaques djihadistes sont à redouter, l’ami de François Hollande agit avec la désinvolture d’un féodal jouisseur. Les terroristes doivent se marrer. Pas nous.

***

Article publié dans le numéro 1088 de « Royaliste – 2015