Présentant ses vœux à la presse, le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale a dénoncé le plan chiraquien pour l’emploi. C’est son droit le plus strict.

Mais de quoi se mêle Jean-Marc Ayrault lorsqu’il proclame à ce propos que « le gaullisme social est bien mort » ?

Le Parti socialiste compterait-il parmi les nostalgiques du gaullisme ? Ses dirigeants ne cessèrent de dénigrer le projet gaullien de « participation » – et l’ensemble de l’œuvre du général de Gaulle.

Le chef du groupe socialiste considère-t-il que Jacques Chirac était gaulliste social – alors qu’il est de notoriété publique que le chef de l’Etat fut le disciple du très conservateur Pompidou ?

Jean-Marc Ayrault joue une comédie dérisoire qui n’abusera personne : le gaullisme social, qui survit en attendant de renaître, n’a pas besoin des homélies d’un complice des naufrageurs rocardiens et jospinistes de l’Etat social fondé à la Libération.

A propos de naufrage, il est comique de comparer le gouvernement à un « bateau ivre » lorsqu’on se promène en périssoire sur les eaux calmes d’un lac de canton.

***

Article publié dans le numéro 830 de « Royaliste » – 2004