Nous avions annoncé voici plusieurs années que l’armée américaine et les services secrets des Etats-Unis s’autoriseraient toutes les exactions possibles.

C’est ce qui se produit : enlèvements, centres de détention illégaux, tortures, massacres de civils en Irak et en Afghanistan font partie de l’actualité et engendrent la haine partout dans le monde sans qu’il soit besoin d’en rajouter.

Il importe cependant de relever le silence des intellectuels spécialisés dans la défense des droits de l’homme au temps de la guerre froide et dans quelques uns des conflits qui ont suivi la chute de l’Union soviétique.

Dans leur jeunesse, ces messieurs fermaient les yeux sur les crimes de Mao. Aujourd’hui, ils se taisent devant les crimes commis sous l’autorité de Georges W. Bush. Qu’il s’agisse des massacres ordonnés par un tyran ou des tueries perpétrées par des soldats mal commandés, c’est toujours le même silence observé par des personnages qui n’auront finalement respecté qu’une seule chose dans la vie : la force, dans son expression cynique et brutale.

***

Article publié dans le numéro 884 de « Royaliste » – 2006