Chaque crise entre la France et les Etats-Unis provoque chez certains américains le sempiternel reproche d’ingratitude à l’égard de nos libérateurs de 1944.

Sans oublier une seconde la part courageusement prise par les soldats américains dans la guerre en Europe, qu’il nous soit permis de rappeler quelques autres vérités historiques :

Le rôle des unités britanniques et canadiennes, notamment en Normandie ;

La participation des forces françaises à tous les combats pour la libération du territoire national – que Roosevelt voulait traiter en territoire occupé, soumis à administration militaire ;

Les immenses sacrifices consentis par nos alliés russes. Nous célébrons cette année le soixantième anniversaire de la bataille de Stalingrad, tournant de la guerre en Europe. A l’égard des soldats de l’Armée rouge qui combattirent dans cet enfer avant de marcher jusqu’à Berlin, notre dette est ineffaçable. Mais les Russes préfèrent évoquer une fraternité d’armes (Normandie-Niémen !) sans en tirer argument politique.

Reconnaissons toutes nos dettes, mais souvenons-nous que nous avons plusieurs alliés possibles.

***

Article publié dans le numéro 813 de « Royaliste » – 2003